skip to Main Content

Marius Girardot

 

 

Ma pratique prend différentes formes, peinture, vidéo, sculpture et dessin, elle s’inscrit dans un désir d’exploration de l’art et de ses possibles. Entre des procédés de création, qui peuvent relever à la fois de l’absurde comme du conceptuel, mes travaux ont une fonction immersive et politique qui invite les spectateurs à s’interroger sur leurs propres conditions et leurs regards au monde.
Mes travaux relèvent souvent d’un processus, donnant la possibilité à différentes personnes d’intégrer leur conception et leur fabrication. Ce qui m’intéresse à cet endroit, est la question de l’auteur comme producteur.
Suis-je un technicien qui oeuvre sans relâche sur un médium bien défini sans prise de risque et qui s’inscrit dans les lois du marché, ou une simple personne qui par une volonté quotidienne et créatrice ressent le besoin d’agencer de la matière, pour en faire art à ses propres yeux ?

À l’intersection de ces questionnements, je me donne comme premier rôle celui de créateur. Un créateur de rencontre, de lien social, d’objet à médiation, qui par des formes pluridisciplinaires interrogent la portée de l’art et de la création dans la société.

—-

 

Né à Besançon en 1991, je suis arrivé à Aix-en-Provence en 2012 pour y intégrer l’École nationale supérieure d’Art. 

Cette école, où Art et technologie se croisent, m’a permis de définir des premières séries de questionnements façonnant ma pratique.
Après mon DNAP à Aix-en-Provence, j’ai pu partir en Erasmus, lors de ma première année de master, à l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre. Confrontant des pratiques classiques à des interrogations sur les outils technologiques, j’ai poursuivis mes questionnements sur notre rapport à la nature et aux technologies actuelles dans une pratique du dessin et de la peinture.

Suite à cet Erasmus à Bruxelles, je suis venu m’installer à Marseille pour terminer mon cursus à Aix-en-Provence où j’ai obtenu mon DNSEP en 2019.

En Octobre de la même année, j’ai été lauréat de la résidence ‘‘Tremplin’’ portée par le Centre Social et familial St Gabriel me permettant d’intégrer la vie d’une structure sociale pendant plus d’un an et de mettre en place des projets, à la fois personnels et en lien avec les habitants du quartier.

Ce travail a donné lieu à une exposition au Château de Servières, partenaire du projet, en début de l’année 2021.
Dans le même temps, j’ai rejoins le groupe de travail ‘‘Méta-Skholé *Marseille’’ avec lequel nous travaillons sur différentes propositions en lien avec le territoire. Ce groupe réunit différents profils d’artistes et de curateurs sous l’impulsion de Jean-Paul Thibeau qui nous a convié à cette école de pensées. 

 

Dernièrement, j’ai commencé à travailler avec l’association Art et développement qui intervient dans certains quartiers prioritaires de Marseille, afin de porter des projets de création auprès d’enfants.Cette démarche d’ateliers auprès de publics variés m’amène à réfléchir sur la place que je prends en tant qu’artiste et me permet de développer des axes nouveaux de projets participatifs.

C’est tout récemment que j’ai eu la chance d’intégrer les ateliers Blancardes, un espace de créations et de rencontres qui me permet de poursuivre mes recherches artistiques et la mise en place de nouveaux processus de création.

 

Back To Top